Fumées nocturnes au Balbi.

(Histoire créée par François Murez)



Parc de Versailles
Peinture à l'huile - François Murez


Balthazar et Vittorio sont appelés à la rescousse.

Grandgousier s’est installé dans le Parc Balbi à Versailles. Quelle idée !! et quelle décadence pour ce pauvre parc si délaissé.

Les pêcheurs de la pièce d’eau des Suisses avaient fait venir des brochets et des sandres, comme chaque année, pour repeupler le bassin et organiser des concours de pêche.



Concours de pêche (1912)
Photo - Source Gallica - BNF



Et voilà, la plupart de poissons ont disparu avant d’être mis à l’eau. Des traces de bave d’un monstre mènent au Parc Balbi et plus précisément dans la grotte. Les pêcheurs n’osent pas intervenir, un tel monstre !, et appellent à la rescousse nos deux amis.



Chemin proche de la Pièce d’eau des Suisses
(on remarque au sol, la trace brillante d’une coulée de bave fraîche du monstre)
© Photo François Murez



Balthazar et Vittorio ont décidé maintenant de faire payer leurs interventions, plus rien n’est gratuit de nos jours et les risques sont là, réels. Les pêcheurs devront fournir à nos deux amis force poissons préparés, en cas de succès.

Balthazar et Vittorio se déguisent en jardiniers affairés du Potager du Roi pour passer inaperçus et au détour d’un espalier, rencontrent Annie ; elle tousse beaucoup l’Annie (elle fume trop !), on la surnomme d’ailleurs Annie La Quinte. Elle est une habituée du Potager.



Jean-Baptiste de La Quintinie
Le Potager du Roi - Versailles
© Photo François Murez



Comment déloger ce pur imbécile ?

C’est bien simple leur dit l’Annie : faut faire comme avec les taupes, faut mettre du fumigène dans le trou. C’est radical : les mauvaises bêtes partent toujours.

Oui, mais faut aller le mettre, le fumigène, dans la grotte.

Vittorio repense alors à l’histoire des figues de leur ami Jean Gée et se dit qu’il y a beaucoup de sortes de figuiers dans le Potager, donc beaucoup de figues. Et puis l’autre est trop bête pour se souvenir de cette ancienne histoire. Rien ne lui sert de leçon.

Alors voilà, l’idée c’est de cueillir beaucoup de figues, les plus grosses, les plus parfumées, celles qui poussent le long du mur à l’entrée. On les fourre au fumigène et on accommode du poisson avec. Tout est préparé dans la figuerie, en cachette. Et le soir venu, entre chien et loup, les poissons sont placés non loin de la grotte, au pied de la fabrique.



La porte d’entrée du Potager du Roi par où sont passés les 2 amis avec leurs poissons piégés.
Les graffitis auraient été faits par Grandgousier, dixit l’Annie.
© Photo François Murez



Le loup croque tout de deux coups de gueule et ne sent rien d’anormal, c’est même très bon.

Une fois la bête endormie dans la grotte, le chiot se glisse entre les végétations, sans bruit, sans souffle et allume la queue du loup. Les fumigènes alors explosent de partout, le loup est transpercé de mille trous illuminés et crée un ciel étoilé dans le paysage de minuit.



La nuit étoilée (1889)
Vincent Van Gogh



Mais non !! Il ne fallait pas allumer la queue leur dit l’Annie, il fallait mettre les fumigènes dans la grotte, pas dans le ventre !! Pauvre bête !

Ah bon !! dirent Balthazar et Vittorio en gloussant. Ah bon !! Encore deux qui font la figue… et vont se régaler des poissons donnés par les pêcheurs.

© François Murez 2009
Déposé à la Société des Auteurs